www.mobot.org Research Home | Search | Contact | Site Map  
 
Library
Search Catalog


Site Navigation:
Home
Projects &
 Online Books

Reference Services
Other Services
Archives
Collections
Botanicus Digital
 Library

Library Links
Staff

Research Home





Contribute to the Ellerman Challenge
Contribute to
the Ellerman
Challenge


 

Techniques de Terrain Utilizees au Jardin Botanique du Missouri

SECHAGE

Precautions
Le feu est un danger constant. Si le dispositif de séchage se trouve dans l'endroit où on couche et travaille, il est indiqué de placer un détecteur de fumée. Il est préférable sécher les plantes dans un bâtiment séparé ou dans un local muni de pare-feu. Sinon les matières très inflammables comme le papier et l'alcool seront stockés hors du local autant que possible.

Concernant surtout les presses et les séchoirs, s'ils sont près ou à l'intérieur d'habitation ou de campement, un jour ou l'autre, il y aura le feu.

Differents Dispositifs
Il existe principalement 2 types de séchoir. Le premier est un système par convection: de construction facile et peu coûteuse, il fonctionne avec une grande variété de sources de chaleur. Le second est un système à air pulsé, plus compliqué et plus cher, aussi moins dangereux et qui, correctement conçu, est en général plus efficace.

Dispositif par Convections
Avec un tel dispositif, les presses contenant les plantes sont placées au-dessus de la source de chaleur. L'air chauffé sec atteint et traverse les canaux des tôles ondulées et emporte ainsi l'humidité. Le séchoir par convection peut être rendu plus sûr en interposant un écran fabriqué avec du grillage de poulailler à mailles métalliques, entre la presse et la source de chaleur. La plupart des incendies sont causés par des fragments qui, une fois secs s'échappent de la presse, tombent sur la source de chaleur et prennent feu. On doit cependant toujours penser à ménager un accès facile à cette source pour changer les ampoules, ajouter du fioul, éliminer les fragments et nettoyer périodiquement ainsi que pour assurer l'entretien ordinaire. La source de chaleur peut consister en ampoules d'éclairage, résistances électriques, réchauds ou lampes à pétrole ou à gaz (propane) ou n'importe quel autre moyen. Le propane, facilement disponible dans la plupart des cas, a été sous-utilisé dans le passé. Il faut cependant noter qu'à des altitude > 2000 m, on doit avoir un brûleur adaptable pour compenser la baisse du taux d'oxygène de l'air. Noter aussi que certains modèles de réchauds à gaz ont une flamme beaucoup trop variable pour qu'on puisse les utiliser. On peut aussi sécher des spécimens en les mettant au-dessus de l'arrière d'un fourneau à propane pour permettre aux courants de convection provenant du four de sécher les plantes. Un botaniste a ainsi pu sécher ses plantes au-dessus du four du boulanger local. Un autre récolteur qui n'avait qu'une demie douzaine de plantes par jour, et pour quelques jours seulement, a pu les sécher au-dessus du tube d'évacuation d'un réfrigérateur à pétrole. Quand on dispose d'un générateur ou d'un moteur qui tourne constamment, on tentera si possible de bricoler un récupérateur de chaleur pour tirer partie de cette chaleur perdue.

Dispositif par Convections

Le dispositif devient beaucoup plus efficace si la source de chaleur ainsi que la presse sont complètement entourés par les parois du séchoir. Il faut aussi obturer toutes les parties inoccupées du râtelier. L' air chaud ne devrait sortir autrement qu'en passant à travers de la presse.

Dispositifs Par Convection Portatifs
On a pu construire des séchoirs à convection avec des matériaux très divers. Si on utilise de la toile pour les parois, celle-ci peut être facilement poussée vers le feu par un courant d'air et s'enflammer. On trouve aux Etats Unis une toile résistante au feu qui évite ce risque.

Certains botanistes qui traversent un pays avec des arrêts intermittents pour récolter, fixent leurs presses sur le toit de leur véhicule pour que l'air les sèche; ceci ne marche pas avec des tôles ondulées d'aluminium. Parfois il est possible d'installer les presses devant le radiateur de la voiture pour tirer partie aussi bien du mouvement de l'air quand elle roule que de la chaleur dégagée par le radiateur à l'arrêt (certains botanistes mettent aussi leurs conserves sous le capot pour les réchauffer pendant qu'ils roulent puis s'arrêtent pour casser la croûte sans avoir à installer le réchaud!).

Chicanes Pour Repartir la Chaleur
Si la chaleur n'est pas suffisamment répartie, on peut installler un panneau d'aluminium au-dessus de la source chaude. Une telle chicane d'aluminium peut être soit fixée sur toute sa longueur, soit avoir des bords repliés en angle droit pour éviter qu'elle ne cintre. Un double système de chicanes améliore encore la répartition de la chaleur et permet en plus de réduire la distance entre la source de chaleur et la presse.

Chicanes Pour Repartir la Chaleur

Chicanes Pour Repartir la Chaleur

Dispositif a Air Pulse
Dans un tel dispositif, la source de chaleur est séparée des spécimens et un ventilateur envoie l'air chaud à travers les presses. Il offre plus de sécurité puisque la source de chaleur n'est pas directement placée au-dessous des presses.

Sechoirs Catalytiques
Ce serait évidemment le mieux pour la sécurité s'ils ne s'étaient pas avérés inutilisables sous les tropiques: ou bien le fioul n'est pas dispo-nible, ou bien il est si impur qu'il détruit immédiatement le catalyseur.

Sechage au Four
Placer des presses dans un four clos n'est pas chose à faire: la chaleur d'un four dégage une humidité telle quelle fera pourrir le matériel et sa température ne peut être réglée de manière satisfaisante: si le séchage n'est pas assez poussé, les plantes moisiront; si au contraire la température est trop forte, les plantes séchées trop vite et trop longtemps deviendront trop foncées et recroquevillées. On peut par contre utiliser l'air chaud qui sort d'un four, en plaçant la presse au-dessus de sa porte ouverte.

Encombrement des Presses
Si le matériel de presse vient à manquer, il est possible de sécher un surplus en plaçant 2 spécimens minces (herbacées ténues comme Utricularia, petites herbes ou petites Fougères), ensemble entre des buvards de la presse. Si on utilise ce procédé avec des rameaux ou des fruits plus épais, on obtiendra des feuilles chiffonnées et des spécimens inégalement pressés. Toutefois, si on prépare trop de ces spécimens ainsi surajoutés, les plus minces, même laissés un jour de plus, n'arriveront pas à sécher.

Encombrement du Sechoir
Quand se pose un problème de place dans le séchoir, veiller tout spécialement à sectionner les objets épais (fruits, tiges etc...), les spécimens sécheront plus vite, leurs feuilles seront moins chiffonnées et leur aspect n'en sera que meilleur. On peut aussi installer une seconde rangée de presses par dessus la première à condition d'intercaler des baguettes disposées dans le sens longitudinal du séchoir.

Encombrement du Sechoir

<< previous | main | next >>

Featured Sites Featured Sites

An Illustrated History of the Missouri Botanical Garden
AN ILLUSTRATED HISTORY OF MBG:
Historic images and more

Botanicus Digital Library
Botanicus Digital Library

Rare Books
RARE BOOKS: View rare books from our collection

 
© 1995-2014 Missouri Botanical Garden, All Rights Reserved
P.O. Box 299, St. Louis, MO 63166-0299
314-577-5100
See the World!

E-mail
Technical Support